Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur a étudié les doctrines ésotériques et les phénomènes paranormaux à la fois en tant qu'historien et philosophe.


UNE VILLE SAINTE A DECOUVRIR:

Publié par Jean Prieur sur 12 Septembre 2010, 19:25pm

Catégories : #Textes récents

ARGENTEUIL-SUR-SEINE

 

 

Voici ce qu’en disait en 1875 le Grand Dictionnaire du XIXe siècle :

ARGENTEUIL, Chef-lieu de Canton, arrondissement de Versailles (Seine-et-Oise), sur la rive droit de la Seine. Population agglomération : 6 517 habitants. L’église du monastère de filles, fondé au VIIe siècle, possèderait une relique du plus haut prix : la tunique sans couture de Jésus-Christ.

Retrouvée à Constantinople en 632, année de la mort de Mahomet, elle fut donnée à Charlemagne par l’impératrice de Byzance, Irène qui avait l’intention de prendre pour époux l’empereur d’Occident. Ce qui, grâce à Dieu, ne se fit pas, Irène ayant commis, pour accéder au pouvoir suprême, des actes abominables.

Egarée de nouveau vers le milieu du IXe siècle, la tunique du Christ fut, une fois encore, retrouvée en 1156 par un religieux sur la révélation d’un ange. En 1567, les huguenots s’emparèrent d’Argenteuil et de la tunique sans couture laquelle ne fut rendue que sous Henri III. Sous la Révolution, un prêtre cacha le précieux vêtement dans le jardin du presbytère. La tourmente passée, il en distribua plusieurs morceaux à des fidèles sûrs. En 1804, l’année où Napoléon fut proclamé empereur, ces lambeaux furent rapportés à l’église et placés dans une nouvelle châsse, l’un d’eux fut offert à Pie IX.

La tunique sans couture fut, le 20 mai 1856, l’objet d’une vive controverse entre l’Univers religieux et le Journal de Débats fondé par Louis Bertin dit Bertin l’Aîné. Il allait embrasser la carrière ecclésiastique quand éclata la Révolution. Il se dirigea vers le journalisme où il devait trouver sa voie. Il en devint le promoteur, le journalisme français lui doit son existence et son prestige historiques.

Le grand Dictionnaire du XIXe siècle, œuvre de Pierre Larousse, ajoute les précisions suivantes qui étaient aussi valables pour Cergy : nombreux vignobles produisant dans les années moyennes 40 000 pièces de vin : carrières de plâtre – monastère de filles où se retira Héloïse, l’amante d’Abélard, fuyant la colère de son oncle, le chanoine Fulbert qui devait se venger d’une façon atroce.

En 1199, Suger l’abbé de Saint-Denis expulsa les religieuses pour les remplacer par des hommes qu’il trouvait plus sensés, moins portés aux excès idolâtriques que pouvait susciter la présence de la sainte tunique.

Abélard qui séduisit Héloïse était un théologien et un savant de renommée européenne. Sa doctrine sur la Trinité fut condamnée par saint Bernard qui lui reprochait de soumettre les dogmes directeurs à l’épreuve de la dialectique, c’est-à-dire de la rationalité.

Héloïse, envoutée par cette grande intelligence, épousa secrètement son professeur Abélard qui lui donna un fils qu’elle prénomma Astrolabe.

C’est l’écrivain Charles de Rémusat qui, dans sa biographie d’Abélard parue en 1845, a le mieux compris cet homme de génie " C’est, dit-il, l’esprit moderne lui-même à son origine, c’est la lumière qui blanchit au matin d’horizon. Il a fait de l’amour de Dieu pur de toute crainte et de tout intérêt, l’unique source de la vie spirituelle. Il peut prendre place parmi les grands littérateurs de l’esprit humain. "

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents