Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur a étudié les doctrines ésotériques et les phénomènes paranormaux à la fois en tant qu'historien et philosophe.


Peut-on justifier la prédestination des âmes?

Publié par Jean Prieur sur 2 Février 2005, 20:45pm

Catégories : #Informations - Questions-Réponses

Docteur Lefèvre de Sanary :

La question qui m’obsède et à laquelle je me suis souvent vu confronté en tant que médecin et astrologue amateur est celle de la «prédestination».
On peut naître dans un milieu, une ambiance où l’on sera conduit à être un voleur ou un criminel… ou, au contraire, un saint. On peut naître avec un handicap physique ou mental…
Mettons à part les âmes missionnées, les prophêtes, etc. pour lesquelles l’explication va de soi. Mais pour les âmes courantes il n’y a pas d’égalité au départ. Pourquoi cette « prédétermination » dans le vécu sur terre ?
Les unes évolueront vers le haut et les autres vers le bas. Comment cela peut-il s’expliquer et se justifier ?
Je ne puis me contenter du discours lénifiant de type ecclésiastique qui consiste à dire que la terre n’est qu’un minuscule passage insignifiant par rapport à l’éternité dans l’Au-delà et que les âmes « bousculées » durant la vie terrestre auront l’éternité pour recevoir toutes les aides possibles de l’amour divin pour leur rédemption finale. Ce qui me révulse encore plus c’est qu’on puissent expliquer que les souffrances des uns (non voulues, non acceptées) puissent compenser et permettre à d’autres d’atteindre à la Gloire éternelle par une sorte de communion universelle… la somme des souffrances et des sacrifices effaçant la même quantité de mal… Drôle de comptabilité !
Bref, comment justifier que toutes les âmes qui s'incarnent reçoivent au moment de la naissance un destin différent et des dons différents ?


Jean Prieur:

Heureusement qu'il en est ainsi. Cette biodiversité est providentielle. Imaginons le contraire, la diabolique tristesse d'un monde de clones.
J'ai eu en songe, il y a longtemps de cela une vision de l'enfer tout à fait hétérodoxe. C'était un lieu tout blanc, pas d'un blanc éclatant au sens de «candidus» (qui a un rapport avec incandescent), mais d'un blanc dévitalisé, couleur d'ossements. Des êtres portant des masques identiques, incolores, inexpressifs (on appelle ça des masques nobles), circulaient en silence dans une sorte de colisée clos. Ils semblaient sans souffrance dans le monde grisâtre de l'ennui absolu. Et l'On me dit : " L'enfer, c'est ça ".
J'avais oublié ce rêve pédagogique. Votre question l'a ramené à la surface.

Vous semblez obnubilé par l'égalité, réflexe bien français, abondant grain à moudre pour nos hommes politiques : égalité des chances, égalité des sexes, égalité devant l'impôt.
Or, la Nature et le monde de l'Esprit nous montrent surtout la hiérarchie.
« Saint Albert de Princeton » (Albert Einstein) attache beaucoup de prix à l'échelle de Jacob qui est en réalité un escalier en spirale, symbole de l'évolution. Laquelle n'est pas du tout égalitaire.

Vous avez la spécialité des questions insolubles, celle-ci par exemple:
Comment justifier que certains aîent une destinée programmée de souffrances parfois inouïes, sans aucune responsabilité personnelle et d'autres au contraire un programme de joies et de réussites gratuites également sans mérite personnel ? Je ne puis me contenter du discours lénifiant de type ecclésiastique.

Moi non plus. Job et Jérémie n’hésitent pas à demander à Dieu des comptes. Voir Sa réponse dans leurs livres. Quant à moi qui suis aussi choqué et révolté que vous, je me borne à répondre: "Il y a aussi des compensations". Le christiannisme à beaucoup parlé des châtiments et des récompenses; il pourrait examiner aussi les « compensations ». En présence des questions insolubles, Dieu admet que l'on soit insolvable.
Ceci est une
epinoia, une pensée qui naît subitement, inexplicablement dans l'esprit. L'epinoïa fait partie des compensations, des  réponses secrètes et inattendues; faite dans le secret à une âme sincère.

Voici quelques exemples de mes epinoïas:

- La vérité descend siècle par siècle au niveau des prophètes. Semaine par semaine à notre niveau. Il suffit de noter et de ne pas faire obstacle. Pierre MONNIER ou de Roland DE JOUVENELLE, (je ne sais plus lequel des deux) a dit: "Votre rôle à vous est de tendre les mains".

- Le système de Manès est-il vrai ?
Pas de réponse... Puis:
Il est vrai en ce qui concerne la bataille cosmique. Il est faux en ce qui concerne la proportion des esprits révoltés: 50/50 prétend-il. Seulement un tiers dit l'Apocalypse. Et ce tiers très actif suffit à bloquer la marche du monde. Le mal est puissant, mais le pire est toujours évité.

- En même temps que je demandais à mon amie Marcelle Juban de répondre à ma place à un lecteur, le phénomène epinoïa a surgi :
"L'Evangile éternel qu'il vient de publier, écrivait-elle, ouvre une voie positive à la littérature spirituelle de notre temps. Un temps pluriel et accéléré faisant de notre pensée une sorte de boussole affolée.

- Le plus grand des mystères reste pour moi celui du Christ qui n'avait rien à expier mais qui a consenti à souffrir l'incarnation: ses douleurs, ses misères, ses déceptions perpétuelles, son travail épuisant de Sisyphe. Mais le bien et le mal se nourrissent jour et nuit l'un de l'autre et le Yin et le Yang qui figurent sur le drapeau coréen  sont des symboles parlants. Le sens de la prière reste, je pense, pour chacun d'entre nous, fondamental. Il s'agit non pas de demander mais d'offrir. Offrir la part positive de nos pensées dans la balance de l'univers.

- Chaque siècle ouvre la porte à celui qui vient. Une tempête semble avoir un courant d'air violent à l'entrée de l'ère du Verseau dont j'ai trouvé l'annonce en Luc XXII,10: "En entrant dans la ville, vous rencontrerez un homme portant un cruche d'eau, suivez-le dans la maison où il entrera."
La Vulgate est plus inspirée: Occurret vobis homo amphoram aquae portans.
Amphora est le nom latin du XIème signe du zodiaque: le Verseau. La suite est au verset 11:
"Et vous direz au maître de la maison: le Seigneur te fait dire: "Où est la salle des hôtes où je dois manger la pâque avec mes disciples?"  Et cet homme vous montrera une grande pièce meublée, vous y apprèterez la Pâque.
Et ipse vobis ostendet caenaculum magnum. (Cénacle)
Il est permis à un chrétien de parler de l'ère du Verseau.

 

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents