Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur (1914-2016)

Jean Prieur a étudié les doctrines ésotériques et les phénomènes paranormaux à la fois en tant qu'historien et philosophe.


Communication avec l'Au-delà:

Publié par Jean Prieur sur 2 Juillet 2005, 10:35am

Catégories : #Conférences

PEUT-ON COMMUNIQUER AVEC LE MONDE INVISIBLE ?
par Jean Prieur

 

L' Au-delà de la vie, le monde de la survivance a été pressenti, et détecté par toutes les civilisations. Les Égyptiens le nommaient Amenti, les Tibétains Bardo, les Grecs et le Nouveau Testament Hadès, les Celtes Abred, l'église catholique purgatoire, en insistant fâcheusement sur le côté punitif de ce processus, alors que le vrai sens du mot est séjour de purification. Swedenborg, lui, avait opté pour le terme monde des esprits, en précisant bien que ce monde n'était ni le ciel, ni l'enfer de la théorie chrétienne. Après lui, les occultistes et les spirites inventèrent le mot astral, en prenant soin de distinguer l'astral inférieur et l'astral supérieur ; l'astral inférieur correspond aux Inféri des Latins. Aujourd'hui, certains savants parlent de zones frontières, d'univers parallèles.

Ce monde des esprits entoure la terre, il l'interpénètre, il est alimenté par elle, les milliers de décès quotidiens lui assurant un recrutement confortable. Ce monde, si proche dans l'espace et le temps, peut dans certains cas communiquer avec notre plan.Un des rares points sur lequel tous les hommes soient d'accord. 

Les communications avec l'Au-delà ont existé de tout temps et dans toutes les civilisations. L'humanité a toujours cru à une autre vie et à la possibilité d'entrer en relation avec elle. Tous les peuples, aussi loin que l'on remonte dans l'histoire, ont enterré leurs morts avec le plus grand soin (en cas de crémation, ils enterraient les cendres), ils leur ont fait des offrandes de fleurs, de vin, de gâteaux ; ils ont placé autour de leurs défunts leurs armes, s'il s'agissait de guerriers, leurs parures et des objets ménagers, s'il s'agissait de femmes, leurs jouets, s'il s'agissait d'enfants. Tous ont gardé le contact avec leurs disparus et nommé cela le culte des ancêtres. Tous ont vu l'autre vie comme un prolongement de celle-ci, prolongement plus heureux si le disparu avait été un être de bonne volonté. Les écrits sacrés de toutes les cultures font allusion à des interventions de l'Au-delà dans les affaires humaines : la Bible, l'Avesta, l'Odyssée, les Vedas, les textes grecs, latins, iraniens, indiens, américains.

Le provoqué et le spontané

 

Les communications avec le monde des esprits sont de deux sortes : provoquées ou spontanées.

Les communications provoquées recourent aux moyens matériels. Ce sont les tables dites tournantes et en réalité glissantes, assez délaissées aujourd'hui, après avoir fait florès à la fin du dernier siècle et au début de celui-ci. C'est la planchette ou le verre se déplaçant devant un alphabet. Ce sont dans certains cas les tarots, les cartes, les taches d'encre, le pendule que l'on peut combiner avec l'alphabet.

Les communications provoquées relèvent la plupart du temps de la curiosité et risquent d'attirer les esprits ignorants, trompeurs et même hostiles.

Les communications spontanées, ce sont les songes, à ne pas confondre avec les rêves, les présages, les visions, les apparitions, les voix intérieures ou (ce qui est plus rare) extérieures. Songes, présages, visions, apparitions, parlent le langage universel des symboles, langage situé au-delà des mots et de ce fait dégagé des erreurs qu'ils ne manquent pas d'engendrer.

Dans le provoqué, c'est le terrestre qui prend l'initiative. Dans le spontané, c'est l'Au-delà qui appelle et c'est pourquoi les risques d'erreur sont infimes. Le provoqué est en général collectif, il y a pour cadre une séance comportant plusieurs personnes. Le spontané est toujours individuel, il surgit dans le secret d'une âme, c'est un tête à tête avec un être spirituel, c'est une objectivation du subjectif. Tout se passe dans les yeux, dans le cœur, dans le mental du terrestre ; ce qui n'empêche pas que tout soit concret et réel.

Il existe entre le provoqué et le spontané la même différence qu'entre expérience de laboratoire et expérience vécue. La seconde n'est en rien inférieure à la première. Dans la Bible, l'interdit jeté sur les communications ne concerne finalement que le provoqué. On fait défense aux terrestres d'interroger l'Au-delà, mais il est toujours licite à nos amis et parents passés de l'autre côté de visiter nos songes, de nous envoyer des signes, des prémonitions, d'attirer notre attention sur certaines coïncidences, sur certaines concordances de dates et de lieux.

Qu'elle soit provoquée ou spontanée, la communication doit être reçue dans un esprit de respect et d'amour. Nous devons traiter les partenaires invisibles avec des égards et nous abstenir de toute ironie. Le but de la communication est d'ordre spirituel, les questions matérielles, argent, affaires, placements, propriété, sont à éviter.

Ecriture in spiritu

 

Entre le provoqué et le spontané se situe l'écriture automatique, que certains appellent écriture intuitive et que je préfère appeler écriture in spiritu.

Dans un des derniers entretiens que j'ai eu avec elle, Mme Marcelle de Jouvenel me déclara à ce propos :
"J'ai constaté qu'il existe deux manières de recevoir les messages, tout d'abord la manière posée, réfléchie, lente. On entend un mot, on l'écrit, puis les autres mots se forment, viennent, se combinent dans une sorte de recueillement. Cela s'arrête, cela repart ; oui, les mots sont entendus. On est... je suis en demi-conscience. Il y aussi la manière rapide, les mots s'enchaînent les uns aux autres sans que la pensée intervienne. L'esprit est blanc, un mot s'inscrit, puis un, deux, trois et voici que des phrases, des idées naissent les unes des autres sans le secours de la réflexion. Je vois bien que ce n'est pas de moi. L'écriture (au sens de graphisme) semble jouer un grand rôle, les lettres sont comme des stimulis, elles deviennent des notes. Des constructions mentales se forment, on est pris dans l'écriture comme dans un manège. On passe à une vitesse supérieure, on est emporté comme dans un galop. Les mots se forment dans la tête comme on entend un air de musique. Dans le domaine musical, pour transcrire ce qui chante à l'oreille, il y a le notes. Dans le domaine de l'écriture rapide, c'est avec les automatismes de l'alphabet que s'interprètent les thèmes. La personnalité est gommée pour laisser parler une autre inspiration. Il est nécessaire que le terrain ait été labouré par la Prière. C'est dans le recueillement que doit se faire la mise en route."

Certains ont essayé l'écriture in spiritu et se sont désolés de ne rien obtenir. Ils ont éprouvé de l'irritation, parfois même de la jalousie. Pourquoi Madame Monnier, pourquoi Madame de Jouvenel, pourquoi Belline et pas moi ? A cela je répondrai, il faut avoir un minimum de médiumnité. Or, la médiumnité authentique est un don tout comme les dons artistiques et littéraires. De même que tout le monde n'est pas compositeur, tout le monde n'est pas sensitif, comme disent les Anglo-Saxons. Maintenant, l'obstacle peut venir des disparus eux-mêmes, soit qu'ils ne veuillent pas renouer avec la terre qui les a déçus et dont ils se détournent ; soit qu'ils ne sachent pas établir le contact, eux aussi doivent avoir la technique, soit enfin qu'ils n'aient pas reçu l'autorisation des Puissances supérieures, puisque de l'autre côté règne la loi de hiérarchie, encore appelée Ordre Divin.

Cependant, si tout le monde ne reçoit pas de message, tout le monde rêve. Or les songes proprement dits ne sont pas le produit de l'imagination mais de véritables communications avec l'Au-delà.

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents